Menu Fermer

Pour l’été 2020, un quart des Bretons miseront sur la Bretagne pour leurs vacances

La bretagne

Selon une étude récente menée à la mi-juin par les Comités régionaux du tourisme, 7.5 % des touristes français comptent passer leurs congés estivaux en Bretagne. Quant aux Bretons, un sur quatre en a exprimé l’intention pour cette année.

Tourisme en Bretagne

Chaque année, des milliers de touristes se rendent en région Bretagne pour profiter de leurs vacances. D’après les chiffres avancés par l’étude, l’été 2020 ne devrait pas subir de baisse de fréquentation malgré le contexte pandémique, mais attirera des visiteurs en provenance d’autres horizons. En l’occurrence, ils viendront essentiellement du reste de la France — notamment des régions limitrophes. Sur les 10.400 individus interrogés, on compte en effet 23 % de Franciliens, 17 % de Bretons, 12 % de Ligériens et 9 % d’habitants du Grand Est.

De nombreux Français ont dû revoir leurs projets de vacances, à tel point que 86 % d’entre eux vont demeurer dans l’Hexagone. La situation est d’autant plus inhabituelle que les Français font partie des nationalités qui voyagent beaucoup à l’étranger, surtout les plus jeunes. Fort heureusement, le pays ne manque pas d’atouts, et la Bretagne caracole parmi les destinations les plus envisagées. Ainsi, la clientèle traditionnelle en provenance d’Allemagne et d’Europe du Nord laissera la place à une clientèle de proximité, souvent des personnes qui profiteront de l’occasion pour (re) découvrir les côtes armoricaines.

Cela s’explique par la réputation de grands espaces, le calme environnant et le peu d’impact du Covid19 dans la région. Considérée comme sûre du point de vue sanitaire, la Bretagne bénéficiera donc cette année de l’engouement pour les destinations nature et peu fréquentées — désir exprimé par 88 % de l’échantillon étudié.

Quelles seront les destinations de l’été en Bretagne ?

Un Breton sur quatre restera dans sa région pour la période des vacances d’été, pour autant cela ne signifie pas jouer à domicile. D’après les données recueillies, 71 % des personnes envisagent de séjourner sur le littoral, contre 17 % à la campagne. L’attrait de l’océan et de ses embruns demeure manifestement intact.

La région située entre Saint-Malo et la baie du Mont-Saint-Michel n’ont rien perdu de leur attrait : 9 % du tourisme en Bretagne y prendra place cette année. La cité malouine et l’abbaye conserveront donc un certain afflux de visiteurs. Du Cap Fréhel à Granville, en passant par Dinan, la foule ne manquera pas. Le reste de la côte nord devrait également maintenir son attractivité, même si le sud de la région profite d’une situation privilégiée en raison de son ensoleillement.

Les connaisseurs de la Bretagne ne seront guère surpris d’apprendre que la destination du golfe du Morbihan est en pôle position dans les intentions de tourisme dans la région. 27 % des Français qui iront en Bretagne en 2020 comptent le visiter, contre 17 % intéressés par l’aire de Bretagne Loire Océan (Guérande, La Baule…), sans oublier Quimper Cornouailles (13 % d’intentions).

L’hébergement touristique en Bretagne

Les inquiétudes concernant les conditions sanitaires commencent à se lever à mesure que le déconfinement s’installe dans les mœurs, cependant les touristes s’annoncent très attentifs sur le sujet. Plus de la moitié des Français avouent être préoccupés par cet aspect lors de leurs futures vacances. Le respect des gestes barrière dans l’ensemble des lieux publics, qu’il s’agisse des commerces, des restaurants ou des sites emblématiques de Bretagne, s’est mué en exigence cardinale.

Cela s’explique aisément : le profil des personnes ayant d’ores et déjà réservé leurs vacances correspond avant tout à des familles et à des individus dont l’âge oscille entre 60 et 80 ans. Ce public âgé, donc vulnérable, n’hésite certes pas à venir en Bretagne, mais demeure prudent.

Surtout, la question de l’ouverture des sites touristiques et autres lieux de visite en Bretagne se pose régulièrement. 86 % des personnes interrogées affirment que les grandes manifestations se dérouleront sans eux, tandis que 53 % prévoient de moins se rendre en restaurant pour déguster la gastronomie locale.

Que feront les Bretons ?

Quand on se penche sur les intentions des Bretons concernant leurs vacances, on observe qu’ils ambitionnent avant tout de partir se balader en pleine nature. Les « grands espaces naturels », « parcs et jardins » ou « sites patrimoniaux et historiques » tentent ainsi 64 % d’entre eux. La plupart y voient l’occasion de se réapproprier certaines excursions et divers lieux de proximité — sans doute afin de contrebalancer l’adage qui veut que l’on connaisse parfois mieux une ville à l’autre bout du monde que sa propre région.

Tout comme leurs concitoyens issus d’autres régions, les Bretons ne se risqueront pas à aller là où la foule tend à s’amasser, en particulier les salles de concert, les festivals, parcs de loisirs ou parcs d’attractions. Quant aux établissements de spa ou de thalassothérapie, ce n’est visiblement pas la peine d’y songer.

Quoi qu’il en soit, tous celles et ceux qui se rendront en Bretagne cette année sont en quête de confort et de sérénité. Beaucoup de familles ont besoin de se retrouver tout en changeant d’air et de cadre… Toutes sortes d’avantages dont la Bretagne est pourvue en abondance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *