indexAu mois de décembre 2015, Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook a annoncé vouloir donner 99% de sa fortune à une fondation de bienfaisance, depuis plusieurs années, la Fondation Gates s’implique très fortement dans la santé mondiale, les fondations Rockefeller  et Ford, s’étaient elles aussi impliquées dans les enjeux de santé…. Le budget de la Fondation Gates est supérieur à celui de l’OMS. Dans ce contexte qui décide des grandes orientations de la santé dans le monde ?
ONG, fondations philanthropiques, les acteurs du développement en santé sont nombreux, Comment peuvent-ils coordonner leurs actions ? Quelle est la place des acteurs non étatiques et des fondations philanthropiques au sein de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ?

•    Pr Dominique Kerouedan, conseillère scientifique de la spécialisation «Global Health» à Sciences Po Paris. Docteure en médecine, en épidémiologie et santé publique. Elle travaille dans les domaines de l’aide au développement sanitaire des pays du Sud et de l’évaluation des politiques et des stratégies de santé mondiale. Son prochain livre, co-dirigé par Joseph Brunet-Jailly, «Santé mondiale, enjeu stratégique, jeux diplomatiques» paraît le 22 avril 2016, aux éditions Presses de Sciences Po.
•    Auriane Guilbaud, docteure en Sciences politiques et Relations internationales, maître de conférences en Sciences politiques à l’Université Paris 8 (Institut d’Etudes Européennes) et chercheuse au Cresppa-LabToP (UMR 7217). Auteur de l’ouvrage « Business partners. Firmes privées et gouvernance mondiale de la santé » aux éditions Presses de Sciences Po.
•    Boris Martin, ancien rédacteur en chef de la revue Humanitaire à Médecins du Monde, Boris Martin est aujourd'hui rédacteur en chef de la revue Alternatives Humanitaires qui vient de faire paraître son numéro inaugural en version imprimée et digitale. Auteur de «  L’Adieu à l’Humanitaire ? Les ONG au défi de l'offensive néolibérale » aux éditions Charles Léopold Mayer.

Ecouter ou réécouter l'émission

Pour en savoir plus :

"Les déterminants de la santé, un potentiel inexploité pour le mieux-être des  populations", une note co-écrite par Bertrand Livinec, analyste sur les déterminants de la santé et les politiques internationales de santé et le Pr Dominique Kerouedan.

webdocDes étudiants de Sciences Pro Rennes vous proposent une analyse historique et religieuse sous forme de Web documentaire France 3 des associatins bretonnes.

bannerLa capacité des grandes fondations à agir comme gardiennes des systèmes économiques et politiques qui les maintiennent en vie est notoire. Pour atteindre leur but, elles se placent parfois au-dessus des critiques, voire des lois.

Lors du 2eme Congrès des Jumelages de l'Ouest qui s'est tenu à Pontivy le 19 novembre 2011, Jean François Hilt, administrateur de la CASI au titre du RéSIA a présenté l'articulation souhaitée entre Comités de Jumelage et Associations de solidarité internationale

La Maison Internationale de Rennes et la Plate forme Burkina Fao Bretagne, l'UBGOF (Union des Burkinabés du Grand Ouest)ont réalisé en 2009 un gros travail d'identification des projets et des actions des ASI et des OSIM bretonnes:

- Localisation en Bretagne des ASI bretonnes intervenant au Burkina Faso

- Localisation des lieux d'intervention des ASI bretonnes au Burkina Faso

- Présentation des acteurs bretons présents au Burkina Faso

- Base de données des acteurs bretons au Burkina Faso

Ce power point présente les caractéristiques des associations de solidarité internationale en Bretagne

Force est de constater que le développement des pays du Sud se heurte à des obstacles structurels dont les majeurs sont une inégalité d’accès aux ressources et des règles du commerce mondial qui ne leur laissent aucune marge de manœuvre.
Le commerce équitable est une réponse apportée à ces déséquilibres.
En octroyant aux producteurs du Sud une rémunération juste de leur travail (un prix d’achat unitaire supérieur au cours mondial), le commerce équitable leur permet de mieux faire face à leurs besoins mais aussi de dégager un surplus qu’ils investissent dans des projets collectifs à l’échelle de leur territoire.

Ce document ne prétend pas apporter toutes les réponses aux multiples questions que soulève le commerce équitable mais propose un espace original pour une confrontation que nous avons souhaité constructive. Plutôt que de dresser des murs, nous avons privilégié la mise en place de « passerelles » entre des approches qui se confrontent souvent sans pour autant bien toujours se connaître.

Le 25 mars 2005, le Président du Conseil régional de Bretagne saisissait le Conseil Economique et Social Régional de Bretagne (CESR) pour la réalisation d’une étude concernant « l’économie sociale et solidaire » en Bretagne.

Il précisait son souhait « de mieux appréhender la dimension économique de ce secteur d’activité » et suggérait que l’étude comprenne :

- Un état des lieux des acteurs et de leurs activités ;
- Une identification des enjeux auxquels l’économie sociale et solidaire pourrait répondre ;
- Des propositions d’actions, afin de bâtir une politique régionale.