Le 25 mars 2016 

 

Par touches successives le gouvernement, les organisations patronales, financières et les multinationales bâtissent une société totalement vouée au marché, dans laquelle les solidarités doivent s’estomper au profit de la concurrence. L’exclusion par la précarité s’accentue, au travail comme dans l’ensemble de la société. Les inégalités s’exacerbent. La charité présentée sous des formes « modernes » telles que la philanthropie, le mécénat ou l’entrepreneuriat social est appelée à se substituer progressivement aux conquêtes sociales fondées sur la solidarité. Le lien social, la possibilité de bien vivre ensemble dans la liberté, l’égalité et la fraternité s’en trouvent altérés au plus grand profit de discours d’exclusion, de peur, de haine et de rejet des autres.

Ces derniers mois, la transformation vers cette société de marché, segmentée, excluante, s’est encore accélérée, avec des dispositions telles que les « social impact bonds » (SIB), rebaptisés contrats à impact social (CIS) par le gouvernement, qui transforment les associations en supplétifs des banques et des financeurs privés et remettent en cause les fondements de l’engagement associatif. D’autres mesures, votées par le parlement ou en cours d’examen vont dans le même sens : la loi sur le renseignement, la loi de modification des procédures pénales, la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité et de l’Etat d’urgence, la réforme du code du travail….

Le Collectif des associations citoyennes dénonce ces dispositions. Il appelle les associations citoyennes à s’exprimer sur ces sujets à partir de leur situation concrète et à être partie prenante du mouvement social, notamment en les incitants à participer aux actions du 31 mars 2016.

Collectif des Associations Citoyennes

108 rue Saint-Maur 75011 Paris - Tél. : 01 48 07 86 16 ou 07 70 98 78 56

www.associations-citoyennes.net - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

AFFICHE24082015La journée du samedi 14 novembre au Campus Mazier à Saint-Brieuc s'adresse aux responsables associatifs, 250 personnes sont attendues

site cpcaDans le cadre de la campagne de sensibilisation des élus à la situation de la vie associative en Bretagne, le Mouvement Associtif Bretagne dont la CASI est membre a participé à une émission radio  le 19 février, dans les studios de RCF - Radio Alpha, à Rennes.

La Conférence Permanente des Coordinations Associatives est uns structure national qui connaît des déclinaisons en Région, dont en Bretagne.
La CPCA Bretagne, par l’intermédiaire de ses coordinations, représente au niveau régional la vie associative organisée. Elle en est leur porte-parole et à ce titre interlocutrice privilégiée et légitime des responsables politiques et administratifs de la Région. La Charte d’engagements réciproquesentre la Région Bretagne et les associations qu’elle regroupe, a été signée en 2010.
La charte établit que le fait associatif est un élément clé de notre identité et de notre dynamisme régional. Elle assure l'importance historique du fait associatif en Bretagne et définit un certain nombre d'engagements à la fois de la Région Bretagne et des fédérations ou coordinations membres de la CPCA.. La Région s'engage ainsi à respecter l'indépendance des associations et à les considérer comme partenaires à part entière des politiques publiques, à soutenir et accompagner fédérations et coordinations et à valoriser le fait associatif au sein des espaces de concertation, de consultation et de représentation et auprès des élus et des agents territoriaux.
Les fédérations et coordinations s'engagent quant à elle à répondre aux besoins du territoire d'une manière éthique en intégrant une approche économique et d'évaluation tout en accompagnant les associations dans leur mobilisation et leur qualification.
Ce document confère à la CPCA une responsabilité particulière au sein du Comité consultatif régional de la vie associative aux côtés des élus de la Région, des quatre départements bretons et des représentants de l’Etat. Elle représente également le mouvement associatif organisé au sein de la CRES (Chambre Régionale de l’Economie Sociale) de Bretagne aux côtés des mutuelles et coopératives.
La CPCA Bretagne œuvre à donner une meilleure lisibilité de la vie associative, de son apport à la construction d’une société moderne, humaine et solidaire. Elle promeut l’engagement bénévole et le dialogue civil, le développement et la consolidation de la vie associative, et veille à dépasser les constats pour avancer des propositions.
Dans cet objectif, la CPCA Bretagne travaille à coordonner et animer la réflexion sur les dispositifs de soutien à la vie associative (Dispositif Local d’Accompagnement, Emplois d’intérêt Régional …). Outre la formation des bénévoles, elle poursuit une politique de recherche expérimentale avec le Collège Coopérative de Bretagne et le Conservatoire National des Arts et des Métiers (CNAM). Elle œuvre également à renforcer les capacités de veille, d’innovation et d’expérimentation des associations (capitalisation d’expériences, soutien aux actions de formation expérimentale …), dans leur dimension territoriale et/ou employeuse.
La troisième Conférence Régionale de la Vie Associative (fin 2011) réunira nos coordinations et les Conseils régional et départementaux, pour un travail collaboratif sur le devenir des associations, leur place et leur rôle dans la société.
La CASI participait aux échanges au sein de la CPCA avant même que celle-ci ne soit formalisée et que la CASI y adhère en 2000 . Francis Le Hérissé, administrateur de la CASI a succédé en 2010 à Marie-Martine LIPS à la présidence de la CPCA au titre de la CASI. Un poste de délégué régional a été créé et confié à Olivier DELUCQ. Un nouveau bureau est installé dans les locaux de l’UDAF à Rennes. De la bonne volonté, de la disponibilité à dégager, une connaissance approfondie du monde associatif : telles sont les conditions pour assumer les responsabilités requises au plan régional et national.