la bretagne de la solidarite son reseau
La Bretagne compte plus d’un millier d’associations de solidarité internationale. Ici, des membres de l’association finistérienne Un puits, une école à Madagascar (en 2016). | DR

Le Réseau Bretagne solidaire a été fondé vendredi 16 novembre pour fédérer les acteurs du développement et de la solidarité internationale.

Au terme d’une longue gestation, le Réseau Bretagne Solidaire (RBS) est né. Vendredi 16 novembre, à Rennes, l’assemblée générale constitutive a rassemblé les représentants d’associations, de collectivités territoriales, d’entreprises, d’organismes de formation et recherche qui vont le constituer. C’est sa vocation : fédérer les personnes et organisations qui œuvrent pour le développement et la solidarité internationale.

Alain Diulein, président d’Ille-et-Vilaine Mopti, en a résumé les objectifs : « Favoriser les échanges, renforcer les compétences, porter des messages communs, valoriser et amplifier les initiatives, favoriser l’expression des voix du Sud. »

« Opérationnel et concret »

La Bretagne est la dernière région à se doter d’un tel réseau. Elle est pourtant très active dans ce domaine, comptant plus d’un millier d’associations de solidarité internationale.

Responsable au Ministère des Affaires étrangères des « relations avec la société civile », Michel Tarran est venu saluer ce nouveau venu et lui promettre le soutien, y compris financier, de l’État. Il a dit aussi l’importance que le Ministère de Jean-Yves Le Drian accorde aux principaux acteurs de ces réseaux, les associations, « qui ont la capacité de mobiliser les citoyens ».

« On ne part pas de rien ! », a rappelé Gaëlle Léveillé, présidente de la Casi. Depuis 1996, la Coordination des associations de solidarité internationale s’efforce de faire travailler ensemble ces acteurs disséminés dans les quatre départements. La Casi va accueillir le nouveau réseau dans ses locaux, à Lorient, lui céder une grande partie de ses activités et peut-être aussi sa directrice.

Misant sur un budget annuel d’environ 200 000 €, le RBS prévoit d’employer quatre salariés.La Région lui a également promis son soutien, « pour que le réseau soit opérationnel et concret », a insisté Forough Salami, vice-présidente du Conseil régional. Et parce que, a-t-elle ajouté, « nous sommes tous engagés pour une société plus solidaire, plus inclusive, plus coopérative ».

Le conseil d'administration du nouveau réseau a été élu. Il se compose ainsi:

Acteurs Economiques: Joëlle Brohier (RSE et Développement), Gilles Marechal  (Terralim), Justine Ramage  (Korz);

Associations: Aïssata Boncana  (Cosim Bretagne), Catherine Desbruyères (Resia), Christine Delacôte (Gref), Alain Diulein (Ille-et-Vilaine Mopti), Gaelle Leveillé Nizerolle (Casi), Michel Lever (Maison internationale de Rennes),  Jean-Jacques Pierre (France Bénévolat Quimper-Cornouaille), Carole Zandonna (JTM); 

Collectivités territoriales: Bernadette Abiven (Conseil Départemental Finistère);

Autres Institutions: Thierry Plaine (Fédération régionale MFR Bretagne),  Odile Castel (Université Rennes1), Manuel De Lima (Dariec Rectorat);

 

Personne physique: Jean-Claude Moysan.