amarAu mois de mai 2016, nos partenaires de la rede ecologica nous avaient appelés à la rescousse pour défendre un groupe de paysans menacés d'expulsion. Nous avions alors mobilisé les associations qui nous semblaient pouvoir y être sensibles pour manifester un soutien international à une pétition prenant leur défense. Rede ecologica nous informe aujourd'hui que la justice brésilienne vient de donner raison aux paysans. Ils peuvent rester sur leur terre, même si comme on pouvait s'y attendre celle qui les poursuit fait appel. Nous ne saurons jamais si notre mobilisation a eu du poids dans la décision, mais en tout cas il nous semble probable que l'attention à ce cas manifestée par la pétition a compté.

Voici le message de leur avocat, retransmis par rede ecologica. Merci à tous ceux qui se sont mobilisés.

 

    "Nous aimerions partager avec la Rede Ecológica une excellente nouvelle: le 31/10/2017, le juge Ronald Pietre s´est prononcé en faveur de la défense des agriculteurs Levi, Geraldo e Toninho de la Fazenda de Pedras Altas, considérant comme nuls les documents/contrats que la plaignante a présenté pour justifier la demande d´expropriation. Il a également maintenu la possession de Paulo, à condition que les agriculteurs continue leurs activités de production agricole.

    La plaignante, Maria C. Tavares, exerçant son droit, a fait appel de la décision à la 2e instance et le procès entre maintenant dans une nouvelle phase.

    Elle présentera ses arguments contre la défense et nous renforcerons notre plaidoyer présenté en 1ère instance du procès.

    Il n´y a pas de délai défini pour le recours, mais nous imaginons qu´il faudra environ 4 mois.

    J´étais avec les agriculteurs cette semaine, à la Fazenda, où je leur ai expliqué le pas à pas et leurs ai garanti qu´ils sont couverts par la première décision et qu´ils peuvent planter sans peur des intimidations de la plaignante.

    Elle leur dit aujourd’hui qu´elle va vendre, séparer les terrains et les vendre, mais ceci ne menace pas le droit des agriculteurs à continuer à vivre et produire à la Fazenda

    En parallèle, il y a un autre procès en cours, encore en phase d´enquête par la police, où j´ai fait une main courante, à propos d´une clôture qui a été installée sur une zone de production, désobéissant à l´injonction qui garantissait à l´époque la production des agriculteurs (ceci est arrivé avant le jugement)"

Pour avoir une idée de la dynamique en agro-écologie à Brejal : http://www.vamosmudaresseclima.com.br/grupo-de-produtores-organicos-do-brejal/

Infos sur la page d'AMAR à https://www.facebook.com/associationamar/